Collesse – 1748

ADC-Carre.collesse

En 1993, lors de Musicora, au Grand Palais, j’ai l’opportunité d’acquérir une ruine de clavecin.

Il n’a, quand je le découvre, ni piétement, ni corde, ni registre, ni mécanique, ni clavier. En réalité, il n’a guère que la partie la plus importante : sa table d’harmonie, entière celle-là, avec ses barrages, une partie de la caisse et son couvercle très endommagé. Quand à son piétement, son propriétaire l’a transformé en deux tables de bridge…, mais ça, c’est une autre histoire.

ADC-Collesse.Histo.01ADC-Collesse.Histo.02

ADC-Collesse.Histo.04ADC-Collesse.Histo.03

ADC-Collesse.Histo.05ADC-Collesse.Histo.06

Ayant acquis ce «souvenir» du passé, j’en fais un hommage à la mémoire des facteurs de clavecins, «le totem » de mon atelier. J’avais pu voir la planche de nom écrite à l’encre de chine et en avais fait un facsimilé :

ADC-Collesse.Histo.07ADC-Collesse.Histo.08

Dans un premier temps, l’aspect de l’instrument fait penser qu’il s’agit d’un clavecin de facture flamande et pourquoi pas d’un «Ruckers». Mais je découvrirai par la suite qu’il n’en est rien.

En 2000, constatant que la caisse continue de se dégrader, malgré son stockage dans de bonnes conditions de température et d’hygrométrie, je décide de commencer une opération de «conservation» : reconstituer la caisse, afin de stopper la détérioration et la maintenir en l’état. La restauration/conservation terminée, je pense m’arrêter à ce stade. Mais en 2002, J’expose cette caisse «conservée» à Musicora, et…

ADC-Collesse.Histo.10ADC-Collesse.Histo.11

ADC-Collesse.Histo.12ADC-Collesse.Histo.13

ADC-Collesse.Histo.14ADC-Collesse.Histo.15

À propos de la restauration d’instruments anciens, il y a toujours eu discussion entre les partisans de la conservation en état, et les partisans de la restauration. Débat souvent abordé entre les musées conservateurs et les restaurateurs d’instruments anciens voulant privilégier l’aspect musical.

Ma première étape, celle de la conservation, était conforme à l’un des partis ; Mais quel sens cela avait-il de conserver un instrument de musique «muet» ? Avis pris auprès des uns et des autres, musiciens, confrères, j’ai décidé de commencer la reconstruction de ce clavecin dont nous ignorons toujours le nom du premier facteur.
Joseph Collesse l’a «ravalé» en 1748. Il a utilisé une caisse dont l’architecture permet de penser qu’il s’agit d’un instrument de la fin du XVIIe siècle. En observant la caisse restaurée, un confrère penche pour un instrument fait à Lyon.

Je découvre deux lettres (FD, PD ou NFD ?) inscrites au fusain sur la table d’harmonie, côté intérieur, qui ne peuvent pas avoir été écrites après la construction de la caisse. Qui est l’auteur de ce paraphe ? … Mystère.

ADC-Collesse.Histo.09ADC-Collesse.Histo.16

Le même confrère me fait parvenir les «cotes» d’un clavecin DF. La parfaite similitude des dimensions de ces deux instruments me permet, entre autres, de reconstruire entièrement le clavier.

En avril 2003, je pose les cordes. Le clavecin est sous tension et je l’accorde au diapason logique de 405 hertz utilisé au XVIIIe siècle particulièrement par l’École Lyonnaise. Enfin, le clavecin rejoue. C’est bien dans ce but que je me suis appliqué à mettre mes gestes dans ceux de nos anciens ; j’ai souhaité que par delà le temps, ce qu’ils avaient créé nous parle encore.

Le clavecin suscite une récompense prestigieuse en 2004 : 3e prix national «Restauration et Conservation» de la SEMA.

Laurent Soumagnac, facteur de clavecins

NomCollesse Historique
ÉcoleLyonnaise
Dim. (cm)227 x 81
Détails2 x 8‘, 1 x 4’, luth
(SOL,LA/ré)
Clavier2
Transpositeur407 - 409
Disponible1
1er jourN.C.
Puis / jourN.C.
Transportà partir de 230 €
Accord60 €

Informations & réservations
+33 6 11 47 78 49

plus de détails sur nos tarifs
NOS TARIFS LOCATION

Vous pouvez aussi commander votre copie
COPIE COLLESSE DANS CRÉATION

NOS CLIENTS AIMENT AUSSI …

ADC-Carre.nvcollesse

ADC-Carre.Dulcken

ADC-Carre.Spada

ADC-Carre.Rameau